0

Trouble primaire du langage et trouble de l’attention : Quels sont les outils d’évaluation valides ?

Titre de l’article : Markers, Models, ans Measurement Error : Exploring the Links Between Attention Deficits and Language Impairments (Redmond, 2016)

Pourquoi en parler ? : Parce que les difficultés de langage ne viennent parfois pas seules et parce qu’il est nécessaire d’ajuster les outils d’évaluation lorsqu’on suspecte des difficultés multiples chez les enfants. Le diagnostic de trouble de l’attention est plus connu du public que celui du trouble du langage. Il existe ainsi un risque que l’entourage d’un enfant associe erronément ses difficultés à un trouble de l’attention plutôt qu’à un trouble du langage. Lorsque la source principale des difficultés est mal identifiée, l’intervention risque conséquemment d’être moins efficace.

Introduction : Le trouble primaire du langage (prévalence 7-8%) et le trouble de l’attention (prévalence 5-7%) sont parmi les troubles neurodéveloppementaux les plus fréquents chez les enfants. Les études les plus récentes rapportent que ces troubles se présentent ensemble dans 30 à 50% des cas. Si nous désirons étudier les enfants qui ont ces deux troubles, il importe de pouvoir compter sur des outils qui nous permettront de les identifier correctement. 

Un brin de méthodologie : Cet article est une revue des recherches qui ont été menées ou qui sont actuellement en cours dans le but d’identifier avec plus de facilité les marqueurs qui permettent de différencier le trouble primaire du langage du trouble de l’attention. Prendre note qu’une partie seulement des données présentées dans l’article est résumée dans le billet. Dans l’article, l’auteur présente aussi des données sur le langage écrit, la sévérité des symptômes et les difficultés socioémotionnelles des enfants qui vivent avec ces troubles.

Résultats :

– Mesurer le langage sans pénaliser les enfants qui ont un trouble de l’attention

Les difficultés des enfants avec un trouble de l’attention touchent directement la composante pragmatique du langage : tour de rôle, réparation des bris de communication, maintien du sujet, etc. Toutefois, les études indiquent que les enfants avec un trouble de l’attention sans trouble primaire du langage obtiennent des scores comparables aux enfants normaux sur les mesures de langage suivantes :

  • Mémoire verbale
  • Répétition de phrase
  • Répétition de non-mots
  • The Test of Early Grammatical Impairment (Rice & Wexler, 2001a)
  • Test of Narrative Language (Gillam & Pearson, 2004) qui évalue la capacité des enfants à créer une histoire, à répondre à des questions à propos d’une histoire et à faire le rappel d’une histoire

Ces tâches auraient donc une bonne sensibilité pour différencier les enfants avec un trouble primaire du langage des enfants avec un trouble du l’attention. Une étude en allemand indiquerait également que les mesures linguistiques (accord des verbes, répétition de non-mots et répétition de phrase) ne sont pas liées aux performances des enfants lors des tâches évaluant les fonctions exécutives (inhibition, mémoire de travail visuospatiale, planification et la flexibilité cognitive). Ainsi, un enfant peut avoir un langage bien développé et des fonctions exécutives faibles ou l’inverse. Les faibles fonctions exécutives ne peuvent donc pas, à elles seules, expliquer les difficultés de langage.

D’ailleurs, l’article souligne que les enfants qui ont à la fois un trouble primaire du langage et un trouble de l’attention performent comme les enfants avec uniquement un trouble de langage aux tests d’accord de verbes, de répétition de non-mots et de répétition de phrases. Sur certains tests, les enfants qui cumulent les deux troubles performeraient même mieux que les enfants avec un trouble du langage uniquement.

– Mesurer l’attention sans pénaliser les enfants qui ont un trouble du langage

Les méthodes d’évaluation qui peuvent pénaliser davantage les enfants avec un trouble primaire du langage (en sous-estimant leur capacité d’attention) sont l’entrevue clinique et l’auto-évaluation qui reposent sur la capacité des enfants à faire et à expliquer des inférences à propos de leur compétence socioémotionnelle. Il est évident que les enfants qui peinent à s’exprimer auront de la difficulté à réaliser ces tâches et que leur performance risque de ne pas représenter leurs habiletés réelles au niveau de l’attention. 

Le plus souvent, l’évaluation du trouble de l’attention se fait en observant les comportements de l’enfant. L’entourage de l’enfant est souvent appelé à compléter des grilles. Après analyse, Redmond (2002) a trouvé que ces grilles contenaient des items qui pouvaient être directement causés par un trouble primaire du langage (ex.: problème de parole, ne parle pas, a l’air de ne pas écouter ce qu’on lui dit, difficulté à faire ou à compléter les devoirs). Redmond (2002) suggère donc d’enlever ces items des grilles lorsqu’un trouble primaire du langage est suspecté ou confirmé. Redmond et Ash (2014) ont étudié comment l’ajustement de deux grilles évaluant l’attention (Child Behavior Checklist et Conners’ Parent Rating Scales-Revised) affectait leur validité. Le retrait des items en lien avec le langage ou la vie académique a eu peu d’impact sur la capacité des grilles à distinguer les enfants avec un trouble de l’attention de ceux qui ne présentent pas de difficultés attentionnelles. De plus, les grilles modifiées différencient plus facilement les enfants ayant un trouble primaire du langage des enfants présentant un trouble de l’attention.

Limites de l’article :

Dans mon bureau : 

√ Quand je suspecte des difficultés d’attention ou lorsque le trouble de l’attention est confirmé, je reste prudente. Je n’explique pas systématiquement la faible performance lors des tests de langage aux difficultés d’attention.

√ Je porte une attention particulière aux mesures grammaticales qui ne seraient pas affectées par la présence de difficultés attentionnelles pour savoir si l’enfant présente des difficultés de langage. Les tests de répétition de phrases et de non-mots sont valides pour distinguer entre l’attention et le langage.

√ Je sensibilise mes collègues de travail à l’importance d’adapter les grilles d’observation de l’attention pour les enfants qui ont un trouble du langage. 

 

√ S’il s’agit d’une clientèle avec laquelle je travaille ou si je suis intéressé par le détail des études, je peux consulter l’article (disponible en ligne à la BaNQ), la présentation PowerPoint ou la conférence (lien youtube). 

Référence: 

Redmond, S.M. (2016) Markers, models, and measurement error: Exploring the links between attention deficits and language impairments. Journal of Speech, Language, and Hearing Research, 59, 62-71

Présentation Powerpoint : Sean Redmond – Markers, Models and Measurement error
 
Conférence : Sean Redmond – Language Impairment in the ADHD Context
 
Publicités