Mythes et réalités sur l’apprentissage et le langage: Testez vos connaissances !

Titre de l’article: Improving Clinical Practices for Children With Language and Learning Disorders (Kamhi, A., 2014)magemytheréaités

Pourquoi ça nous intéresse ? : Il existe plusieurs fausses idées entourant l’apprentissage et le développement du langage en contexte clinique. Testez-vous connaissances, les 10 énoncés suivants sont-ils vrai ou faux?  Trouvez les réponses dans le présent résumé (et démystifiez des mythes courants qui circulent encore !).  

1. Il est plus facile d’apprendre que de généraliser. 

2. Des enseignements constants et prévisibles sont plus efficaces que des enseignements qui varient les contextes et conditions d’apprentissage et de pratique. 

3. La stimulation ciblée (pratique condensée) est une stratégie d’enseignement plus efficace que  la stimulation variée (distribuée dans le temps) 

4. Le plus de rétroaction («feedback»), le mieux. 

5. La meilleure façon d’apprendre et de comprendre des informations par écrit (texte) est par relecture des mêmes passages à plusieurs reprises. 

6. Plus de traitement/d’intervention, c’est toujours mieux (en fréquence). 

7. Les interventions les plus efficaces en langage et en littéracie sont celles qui ciblent les difficultés de traitement («processing», ex: mémoire, attention, traitement auditif) sous-jacentes plutôt que les limites au niveau des connaissances. 

8. Des énoncés télégraphiques (ex: pousse balle, papa parti) ne devraient pas être utilisés pour stimuler des enfants aux habiletés langagières limitées. 

9. Augmenter la longueur moyenne des énoncés (LMÉ) et cibler l’acquisition de nouveaux morphèmes (l’auteur parle des 14 morphèmes de Brown’s, en anglais) sont des objectifs d’intervention appropriés. 

10. Les habiletés de séquençage («sequencing»/expliquer et raconter en séquence) sont importantes en compétence narrative (narration). 

Vous voulez les réponses ??? Roulement de tambour…

Seul l’énoncé 8 est VRAI. Les autres sont tous faux. Les explications pour chaque énoncé, ci-bas…!

Un brin de méthodologie: L’auteur fait la recension des écrits en lien avec chacun des 10 énoncés/mythes. Les sujets incluent les principes d’apprentissage, la généralisation, l’intensité et la fréquence des traitements, les objectifs grammaticaux et la priorisation des objectifs pour des élèves qui présentent des difficultés de langage et d’apprentissage. 

Résultats:

L’auteur entame ses explications avec le principe général suivant,:  Les conditions qui favorisent un progrès important et rapide des performances à court termes résultent souvent en échec dans la rétention et le transfert à long terme. Les conditions d’enseignement qui semblent créer des difficultés pour l’apprenant et qui, souvent, semblent ralentir le rythme des apprentissages, sont celles qui optimisent plutôt la rétention et le transfert des habiletés à long terme. Ces difficultés portent même le nom de «difficultés désirables» (desirable difficulties).

Ce principe est d’autant plus intéressant et pertinent que plusieurs autres auteurs abordent la même idée (voir nos billets «Juger les progrès: 5 erreurs d’interprétation possibles» et «Un input efficace» ).

1. Il est plus facile d’apprendre que de généraliser : FAUX

Nous utilisons souvent en orthophonie les termes «apprendre» et «généraliser». Selon l’auteur, nous devrions utiliser les termes suivants, plus appropriés: 

Performance: Occurence à court-terme d’un comportement/habiletée dans un contexte spécifique

Apprentissage: Occurence à long-terme, indépendamment du contexte, d’un comportement/habileté. 

En éducation et en orthophonie, nous appelons «apprentissage» ce qui est vraiment la «performance» (court-terme, dans notre bureau) et «généralisation» ce qui est vraiment l’apprentissage (long-terme, au quotidien). Nous caractérisons donc à tort des difficultés dans l’apprentissage de règles d’habiletés langagières comme étant des difficultés de «généralisation des acquis». Fey (1988) mentionne qu’il n’est pas raisonnable de penser qu’un enfant puisse utiliser une cible langagière de façon cohérente et régulière après une période brève d’intervention. Il est toutefois raisonnable de penser que les interventions en langage pourraient être orientées pour favoriser l’apprentissage de règles langagières plus générales chez les enfants. 

2. Des enseignements constants et prévisibles sont plus efficaces que des enseignements qui varient les contextes et conditions d’apprentissage et de pratique : FAUX

Si les conditions sont trop prévisibles, les apprentissages deviennent contextuels. Changer le contexte induit l’oubli des cibles, mais, en même temps, favorise les apprentissages car les informations sont liées à davantage d’indices contextuels et encodées de plus d’une façon. Pour un apprentissage à long terme, les conditions doivent être variées (analogie: pour apprendre une certaine manoeuvre/coup au tennis, il faut la pratiquer en fond de terrain, en milieu de terrain, au filet, avec des balles rapides, lentes, qui arrivent de différents endroits sur le court. Si on la pratique toujours au même endroit et dans le même contexte, on risque de ne pas être capable d’apprendre à utiliser la manoeuvre lors d’un match.) 

3. La stimulation ciblée (pratique condensée) est une stratégie d’enseignement plus efficace que  la stimulation variée (distribuée dans le temps) : FAUX

La recherche démontre largement que les apprentissage se font mieux quand de longs intervalles sont présents entre les épisodes d’apprentissage. Ce phénomène est observé dans plusieurs domaines (cognitif, moteur, apprentissages de l’écrit, etc). La rétention des informations serait favorisée. Intéressant: espacer les périodes d’apprentissages serait un facteur plus important que le nombre de présentations à une cible donnée (des recherches ont démontrées que la performance après 12 présentations d’une cible de façon distribuée dans le temps serait meilleure qu’après 18 présentations de la même cible, mais de façon condensée dans le temps). 

4. Le plus de rétroaction («feedback»), le mieux : FAUX

Diminuer le nombre de rétroactions (feedback) de la part du clinicien améliorerait la rétention et les apprentissages à long-terme du patient (apprentissage moteur, apprentissages phonologique, etc). Ainsi, l’apprentissage à long terme serait favorisé quand la rétroaction est diminuée plutôt qu’après chaque essai (ex: chaque production d’un son). Évaluer chaque production d’un son en conversation mène à plusieurs bris de communication non-naturels et pourraient amener l’enfant à moins porter attention aux rétroactions ou à les ignorer. 

5. La meilleure façon d’apprendre et de comprendre des informations par écrit (texte) est par relecture des mêmes passages à plusieurs reprises : FAUX

En compréhension de texte, il serait beaucoup plus bénéfique d’amener la personne qui éprouve des difficultés à essayer de récupérer le plus d’information possible en  »rappel d’histoire ou de texte » que de faire relire un passage plusieurs fois. La plupart des étudiants/adultes perdent trop de temps à relire les mêmes passages et prennent trop peu de temps à discuter de l’information et essayer de récupérer les informations clés. Intéressant (+++): PLUS il est difficile pour la personne de récupérer les informations clés lues, PLUS le bénéfice et l’apprentissage est grand au niveau de la rétention des informations. Plus il est facile pour la personne de récupérer une information, MOINS l’apprentissage à long terme est efficace. 

6. Plus de traitement/d’intervention, c’est toujours mieux (en fréquence) : FAUX

5 séances d’orthophonie par semaine de 45 minutes chacune ne seraient PAS plus bénéfiques que deux séances de 30 minutes par semaine. Il existe des plafonds dans les bénéfices de l’intensité d’intervention. Ainsi, le lien entre l’intensité et la fréquence des traitement et le progrès ne serait pas aussi directe que ce qu’on pourrait penser. Les apprentissages seraient favorisés seulement dans un contexte où, si la fréquence des rencontres est augmentée, on réduit le nombre d’épisodes d’apprentissage/d’exposition à une cible/intensité. Il serait bénéfique d’espacer les interventions, et d’espacer les épisodes d’apprentissages dans une même rencontre, mais les auteurs mentionnent que les liens entre l’intensité, la fréquence et les apprentissage peut grandement varier d’un individu à l’autre et d’une cible à l’autre. 

7. Les interventions les plus efficaces en langage et en littéracie ciblent les difficultés de traitement («processing», ex: mémoire, attention, traitement auditif) sous-jacentes plutôt que les limites au niveau des connaissances : FAUX

Ce type d’intervention est populaire car il donne l’impression de pouvoir améliorer les habiletés en langage sans travailler les connaissances nécessaires pour devenir un bon interlocuteur, un bon lecteur, scripteur, etc. Beaucoup d’interventions se centrent sur la mémoire de travail  et les habiletés auditives. Il existe bien sûr un lien important entre la mémoire de travail, l’attention, et le langage (voir notre billet sur le trouble primaire du langage). Les données sur l’efficacité de ces interventions qui travaillent la mémoire de travail en orthophonie ne sont pas concluantes. L’auteur conclut qu’il est difficile de justifier les interventions ciblant la mémoire de travail pour des enfants qui présentent des difficultés de langage et d’apprentissage. Les cliniciens devraient se méfier des interventions qui offrent une solution  »rapide » au progrès langagier et communicatif sans travailler le langage et la communication.

8. Des énoncés télégraphiques (ex: pousse balle, papa parti) ne devraient pas être utilisés pour stimuler des enfants aux habiletés langagières limitées : VRAI

Il serait beaucoup plus difficile pour un enfant de comprendre un énoncé télégraphique (Ex:pousse balle) car l’absence d’éléments grammaticaux diminue les indices prosodiques (syllabes faibles versus fortes) qui nous permettent de comprendre les frontières des mots. L’alternance prosodique entre les mots grammaticaux et les mots-contenus permettent aux enfants de savoir que tel mot est un nom, un verbe, ou un adjectif. Enlever ces indices diminue la compréhension du message chez tous les enfants et diminuerait l’apprentissage de nouveaux mots. Conclusion: les cliniciens devraient TOUJOURS offrir des modèles de langage complets, riches, variés et complexes (même avec des enfants qui présentent des habiletés très limitées en compréhension et/ou en expression du langage). Intéressant (+++): Il serait plus bénéfique de commenter sur la production d’un enfant, de la complexifier et d’ajouter des informations à ce qui est dit (ex: l’éléphant cherche bébés , Adulte: Oui, l’éléphant cherche SES bébés ! Où sont partis ses bébés?) que de donner du feedback pour évaluer la production (ex: l’éléphant cherche bébés, Adulte: Hmm, tu veux dire, l’éléphant cherche SES bébés.). 

9. Augmenter la longueur moyenne des énoncés (LMÉ) et cibler l’acquisition de nouveaux morphèmes (l’auteur parle des 14 morphèmes de Brown’s, en anglais) sont des objectifs d’intervention appropriés : FAUX

L’auteur met l’accent sur la complexification des énoncés avant l’augmentation de la LMÉ. C’est à dire, il ne faudrait pas attendre qu’un enfant puisse produire une phrase et une grammaire de base AVANT d’introduire des énoncés et cibles grammaticales complexes. Il faudrait cibler la complexification des énoncés dès l’âge préscolaire, même si l’enfant n’utilise pas de structure syntaxique de base. L’auteur propose de cibler la FONCTION des phrases complexes plutôt la structure elle même. Des exemples intéressants et concrets sont donnés par l’auteur dans l’article (garder en tête que ces exemples sont pour l’anglais).

10. Les habiletés de séquençage («sequencing») sont importantes en compétence narrative (narration)  : FAUX

L’auteur est catégorique: pour améliorer les habiletés de narration, il ne faut pas travailler les images ou histoires en séquences. Pour comprendre et produire efficacement et clairement une histoire, il vaut mieux travailler l’écoute d’histoires, répondre à des questions et échanger à propos de l’histoire, comprendre des inférences, anticiper, définir le nouveau vocabulaire, etc. L’auteur dit qu’il ne devrait JAMAIS y avoir d’objectif isolé ciblant l’habileté à organiser et raconter des images en séquence. Les approches devraient diminuer les exigences en mémoire et en attention en élaborant une discussion et une intervention contextuelle autour d’une histoire. Le rappel d’histoire sera d’autant plus facile par la suite. L’auteur mentionne l’approche CLI (Contextualized Language Intervention) à plusieurs reprises comme étant une approche efficace pour travailler le discours et la communication. 

Dans mon bureau (il y en a beaucoup cette semaine !) :

Mon nouveau vocabulaire pour juger des progrès: J’enlève le mot «généralisation» de mon jargon orthophonique 🙂 J’utilise plutôt les termes «performance» et «apprentissage» pour juger le progrès. Si mon patient parvient à produire une cible dans un contexte/une activité seulement, ce n’est pas qu’il est en cours de généralisation, c’est plutôt qu’il n’a tout simplement pas appris ou acquis l’habileté. Je dois donc présenter de nouveaux contextes, rendre les apprentissages plus explicites, aider l’enfant à tirer la règle générale derrière la cible, plutôt que de favoriser une bonne performance dans une activité ou un contexte particulier.

– Mes cibles et nouveaux objectifs: Je dois réviser mes objectifs et cibles pour favoriser les apprentissages de règles générales du langage plutôt que la performance isolée en clinique. Par exemple, plutôt que de cibler l’apprentissage du pronom «je» dans des activités structurées, mes interventions pourraient cibler l’exposition à des formes de langage et à des énoncés qui permettent à l’enfant de comprendre le rôle des pronoms (il existe des petits mots qui changent le sens d’un énoncé). Les activités devraient donc permettre des situations qui exposent explicitement l’importance des pronoms dans les énoncés. 

Les contextes de pratique: Je varie souvent les contextes et les modèles langagiers que je fournis au patient (changer d’activité, changer de type d’énoncé, ne pas utiliser de formes figées de langage (ex: «je pige un poisson/je pige un requin/je pige un…», plutôt, varier les modèles langagier, les phrases, les contextes dans lesquels la cible langagière se retrouve (début, milieu, fin de phrase, contextes faciles, contextes difficiles), et, surtout, varier les activités d’apprentissage et les indices. Ne pas oublier, il faut présenter des contextes où la performance est difficile (et non le contraire) pour un apprentissage à long terme. 

–  Mon feedback: Je ne donne pas de rétroaction/feedback à chaque production du patient. Je ne corrigerai ou reformulerai pas chaque production, car ceci amènera l’enfant/l’élève/l’adulte à porter moins attention au feedback et à diminuer l’auto-évaluation de ses performance. 

Quand je travaille la compréhension du langage écrit: Je favoriserai un contexte de discussion où on tente de récupérer le plus d’informations-clés possible et de donner un sens (travailler les inférences, l’anticipation, le résonnement, l’attention aux indices) aux informations qui sont écrites ou présentées, plutôt que de relire plusieurs fois un passage.

– Quand je travaille la narration: Je n’utilise pas d’images en séquences pour travailler la narration et je ne travaille pas cet objectif de façon isolé (ex: l’enfant pourra remettre des images dans le bon ordre et les raconter). J’opte pour des objectifs plus fonctionnels (ex: l’enfant pourra faire un rappel des éléments clés de l’histoire en spontané, l’enfant pourra discuter des points importants de l’histoire, l’enfant comprendra les inférences permettant de suivre l’histoire, etc). J’opte pour une approche plus naturelle, où une discussion a lieu autour de l’histoire (question sur les inférences, deviner ce qui va se passer, anticiper, justifier ,expliquer et donner un sens à ce qui a lieu dans l’histoire), pour diminuer les demandes au niveau mnésique et attentionnel et favoriser le rappel d’histoire de façon plus efficace. Je m’informe sur le CLI (Contextualized Language Intervention) et j’applique ses principes pour travailler la narration. 

– Concernant les habiletés de traitement qui sous-tendent le langage (ex: mémoire de travail): Je m’abstiens de travailler ces fonctions cognitives à l’isolé car il existe peu de preuve quant au transfert des habiletés sur le langage. J’utilise le temps qui m’est offert avec l’enfant pour travailler avec le langage, sur le langage. 

Je n’utilise pas d’énoncés télégraphiques simples. J’expose l’enfant (et je montre à l’entourage comment le faire) à des formes variées, complexes et complètes de langage. Je n’attends pas que l’enfant maîtrise une structure syntaxique de base avant d’introduire des structures plus complexes.

Référence: Kamhi, A. G. (2014). Improving clinical practice for children with language and learning disorders. Language, Speech, and Hearing Services in Schools, 45, 92–103. doi:10.1044/2014_LSHSS-13-0063 

Publicités

5 réflexions sur “Mythes et réalités sur l’apprentissage et le langage: Testez vos connaissances !

  1. Mélissa, wow, fascinant! Je me questionne sur plusieurs choses que je fais depuis longtemps, et je suis certaine que je ne suis pas la seule… J’ai tenté de lire une histoire avec une petite fille de 4 ans hier and de parler de l’histoire par après, mais évidemment, elle a produit des énoncés peu élaborés et elle ne voulait pas vraiment participer. Comment faire pour que ce soit plus intéressant pour les tout-petits de travailler la narration?

    • Bonjour !
      Merci pour votre commentaire, je suis (très!!!) contente que cet article permet à d’autres de se questionner et de réfléchir sur leur pratique et de se remettre en question comme il me l’a permis aussi ! C’est la mission principale du blogue ! Effectivement, les activités de rappel d’histoire peuvent être très difficiles avec des enfants d’âge préscolaire (je le vois aussi très souvent dans ma pratique). En lisant l’article de Kamhi, je me rends toutefois compte que c’est exactement le type de difficultés qu’on cherche à obtenir en clinique (quand il parle de «difficultés désirables/desirable difficulties»). On favorise souvent des activités et des contextes qui rendent les tâches faciles, en graduant toujours le niveau de difficultés. Mais cet article explique que plus il est difficile pour l’enfant de récupérer les éléments de l’histoire, plus l’activité est efficace pour la mémoire et le transfert à long terme des habiletés. Quelques idées que j’essaie moi aussi de mettre en pratique pour travailler la narration comme le propose Kamhi :
      Plutôt que de lire l’histoire ensemble et de demander à l’enfant de faire un rappel par la suite, je favorise plutôt un contexte où nous échangeons et discutons de tout ce qui se passe dans l’histoire, à chaque page, en collaboration. Je pose des questions à l’enfant pour connaître ce qu’il pense qui va arriver ensuite dans l’histoire, pourquoi, comment il pense que les personnages se sentent, pourquoi, les expériences vécues de l’enfant en lien avec ce qui est présenté dans le livre (toi es-tu déja allé à la ferme ? Tu as fait quoi ? vu quoi ? c’est pareil comme dans l’histoire/c’est très différent), porter attention à des détails sur l’image. Je passe BEAUCOUP de temps à montrer au parent comment décrire, commenter et expliciter tout ce qui se passe dans leur tête et toutes leurs pensées pour démontrer à l’enfant comment raisonner et justifier (ex: je pense qu’ils ont froid parce qu’ils se serrent les bras et que je vois beaucoup de neige, il ne sont pas bien habillés, c’est un problème). L,activité de lecture peut être très longue, une bonne demi-heure ou même, il peut s’agir de la seule activité de la session, car l,activité en soi est naturelle (lecture d’un livre) et les échanges qui ont lieu sont la base d’un meilleur rappel par la suite. En se basant sur les propos de Kamhi, on pourrait ensuite demander à l’enfant d’essayer de se souvenir du plus d’éléments dans l’histoire, en alternance avec l’orthophoniste ou le parent (maman se rappelle d’une chose, toi tu te rappelles d’une chose, etc). De favoriser un contexte où on essaye simplement de se rappeller de tous les éléments de l’histoire pourrait être plus simple pour l’enfant que si on lui demande de raconter l’histoire ousi on lui demande «Qu’est-ce qui arrive en premier, après, en dernier, comment ça fini, etc». Après avoir favorisé un rappel (et, selon l’auteur, tant mieux si c’est difficile! Les effets seront plus grands à long terme!), je pourrais demander à l’enfant d’essayer de parler des éléments clés de l’histoire (c’était l’histoire de qui / il voulait quoi/c’était quoi le problème / il a fait quoi /comment ça a fini?)

      Peut-être que simplement l’action focuser sur le partage d’expérience (lecture partagée, activité de lecture naturelle/CLI) permettra à l’enfant de développer des stratégies pour analyser les images, l’histoire, les inférences, et que tout ce processus facilitera la narration par la suite ! C’est ce que semble dire l’auteur en tout cas 🙂

      J’invite d’autres orthophonistes à proposer leurs idées et suggestions pour adapter la pratique clinique et le travail de la narration à la lumière des données probantes et des connaissances proposées par Kamhi !

    • Pour compléter la réponse de Mélissa, j’ajouterais qu’il est tout à fait normal devant une nouvelle tâche que l’enfant ne réussisse pas du premier coup. Comme Mélissa le mentionne, le but n’est pas que l’enfant réussisse du premier coup, mais qu’il « travaille ». Je raconte presque systématique des histoires dans chacune de mes thérapies et les enfants participent bien parce qu’ils sont habitués. Tout comme Mélissa, je crois que les premières fois, il faut beaucoup modeler les comportements qu’on veut voir apparaître chez l’enfant… et chez le parent (parler de ce qu’observe, des inférences qu’on fait, de ce qu’on prédit pour l’histoire) !

      Ensuite, je trouve très intéressant l’idée de ne pas demander à l’enfant de raconter l’histoire, mais d’essayer de se souvenir de beaucoup d’éléments. Je trouve que ça met moins de pression « d’organisation des idées » sur l’enfant et qu’on favorise un rappel plus « spontané ».

      Enfin, je crois qu’on a beaucoup avantage à faire observer les enfants. La « lecture d’image » (i.e.; comprendre ce qui se passe sur une image, les intentions des personnes, leurs émotions, combler les données manquantes en faisant des inférences, etc.) est une habileté déficitaire chez beaucoup d’enfants avec des difficultés de langage. Et la meilleure manière de le travailler est sûrement dans une histoire où le contexte supporte la compréhension de l’enfant et l’aide à faire tous les liens.

      Anecdote personnelle : Dans « Les trois petits cochons » (une de mes histoires préférées), je demande souvent aux enfants ce que les petits cochons amènent dans leur baluchon lorsqu’ils partent de la maison de leur maman. On réfléchit ensemble l’enfant et moi, j’adore ça !

  2. Pingback: Nouveaux articles en accès libre : Intensité des services  | Tout cuit dans le bec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s