Que pensent les parents des activités à réaliser à la maison ?

homework1Titre de l’article: Perception des parents relativement aux activités réalisées à domicile à la demande des orthophonistes (Caouette, Marie-Pierre. 1995)

Pourquoi on s’y intéresse ? :  Parce que l’entourage est souvent sollicité lors des suivis en orthophonie et qu’on ferait bien de s’intéresser au vécu des parents (et des proches de manière générale) relativement aux activités à domicile qui leur sont remises. Ces devoirs et la manière dont ils sont remis peuvent affecter plusieurs aspects de la relation parent-orthophoniste ou de la relation parent-enfant (ou proche-personne avec aphasie). Même si l’étude remonte à presque 20 ans, ses conclusions sont tout aussi pertinentes de nos jours ! En plus, j’aime beaucoup les études qualitatives qui rapportent les propos des personnes interviewées, comme c’est le cas dans cette étude-ci. L’étude porte sur les parents, mais plusieurs des conclusions s’appliquent à toutes les clientèles à qui on remet des exercices à faire à la maison.

Un brin de méthodologie : Dix mères québécoises ont été interrogées lors d’une entrevue dirigée sur la perception du rôle qui leur est attribué par les intervenants. Ces mères avaient un enfant âgé entre 4 et 6 ans qui recevaient des services d’un centre de réadaptation depuis plus de 6 mois, en lien avec leurs difficultés de langage.

Résultats et limites : Un modèle en 3 phrases se dégage des entrevues. L’engagement des parents relativement aux activités à réaliser à domicile n’est pas un processus linéaire. On note :

– Une première phase où les mères appliquent les conseils à un rythme élevé et de manière très stricte. La motivation des parents est grande et au début, les parents s’investissent beaucoup pour que leur enfant rattrape son retard.

Une deuxième phase, entre 6 mois et 1 an après le début de l’intervention, où plusieurs mères se sentent épuisés. Les autres priorités familiales refont surface et les déplacements au centre de réadaptation peuvent devenir lourds. Si l’enfant fait moins de progrès, les parents sont moins motivés. Durant ce moment, les parents se disent très irrités si le diagnostic n’est pas clair. Certains parents ont demandé une pause de thérapie et ont beaucoup apprécié la souplesse des orthophonistes. À ce moment, la thérapie est remise en question et le support et l’écoute de l’orthophoniste sont très précieux.

– Une troisième phase, lors de laquelle les parents appliquent les conseils à leur manière. Elles ont gagné en confiance et en autonomie et profitent davantage du plaisir ressenti à être ensemble, avec leur enfant. Plusieurs mères mentionnent aussi diminuer la pression sur leur enfant (à répéter, à faire les exercices, etc.). Les thérapies en orthophonie sont souvent poursuivies avec une meilleure motivation à la fois de la mère et de l’enfant. La stimulation du langage à la maison se déroule plus durant les activités de la vie quotidienne (bain, habillage, souper, etc.).

Les mères nomment aussi que…

– S’il y a un enfant plus jeune dans la famille, c’est plus difficile de trouver du temps pour faire les exercices. Si l’enfant en difficulté de langage est le cadet, ça semble plus facile.

– Les mères aiment observer les orthophonistes alors qu’elles travaillent avec leur enfant. Elles disent s’inspirer beaucoup de ce que l’orthophoniste fait durant les thérapies par exemple pour intégrer la stimulation du langage dans les jeux.

La fréquence des activités dépend beaucoup de la motivation de l’enfant. Si l’activité à réaliser est difficile, l’enfant refuse parfois de la faire et un contexte négatif peut s’installer à la maison. À l’opposé, si la situation est agréable et que l’enfant apprécie l’activité, les pratiques sont plus fréquentes et les parents préfèrent ces exercices-là. Les activités les plus difficiles à réaliser sont donc mises de côté par les parents. Parfois, l’activité que l’enfant aime en thérapie est un échec à la maison. Il y a plus de diversion à la maison et l’attention est plus difficile à canaliser.

– Les mères nomment qu’il est difficile de travailler avec l’enfant pour réaliser des exercices précis. Elles ne se sentent pas à l’aise de gronder l’enfant pour quelque chose qui est supposé être un jeu. Plusieurs mères ressentent un tiraillement entre le besoin de faire l’activité pour aider l’enfant à progresser et entretenir une belle relation avec leur enfant. Les mères ne savent parfois plus quelles attitudes adopter avec leur enfant dans ses moments.

Une fois à l’école, les exercices en orthophonie se rajoutent à ce que l’école exige déjà en devoirs et en leçons. Les parents trouvent difficiles d’intégrer tout ça dans leur horaire.

– L’étude souligne aussi que devant la pression (liste d’attente, pression de voir plus d’enfants, suivis plus courts), ne devrait pas être un critère qui influence les devoirs donnés au parent. D’abord, ces actions indirectes pourraient être inefficaces si les parents ne comprennent pas bien ou si les actions ne sont pas bien adaptées à la réalité du parent. Ensuite, parce que la relation parent-enfant risque d’être compromise si le parent sait qu’il est le seul à offrir une stimulation langagière à son enfant. L’étude montre bien comment les parents vivent parfois beaucoup de pression et de culpabilité en lien avec les exercices, et ce, surtout en début de suivi.

 Dans mon bureau :

√  Je discute avec le parent de son quotidien et je suggère des activités qui sont réalistes dans son contexte. Y a-t-il d’autres enfants ? Quels sont les horaires de la famille ? Font-ils des activités ensembles d’habitude ? Lisent-ils déjà des livres ? Jouent-ils au parc ? Font-ils la cuisine ? Il m’arrive parfois de suggérer des activités à faire dans l’auto en se rendant au CPE ou en revenant : quelques devinettes ? que le parent raconte une chose qu’il a fait dans sa journée pour donner un modèle à l’enfant ? etc. 

√ Le processus d’engagement des parents n’étant pas linéaires, je discute et je négocie régulièrement avec les parents. Ont-ils trop d’exercices ? En veulent-ils d’autres ? Ont-ils besoin d’idées pour intégrer la stimulation du langage au quotidien ? Pour la même raison, les services en orthophonie devraient être flexibles et permettre au parent de prendre des pauses, de diminuer la fréquence des thérapies selon ce qui lui convient. 

√ Les parents préfèrent les activités lors desquelles l’enfant réussit et où le plaisir est au rendez-vous ! Donc, je remets des exercices que je sais que l’enfant peut réussir et qui sont à généraliser. En tout temps, s’assurer que la relation parent-enfant est préservée.

J’évite, si possible, de remettre des conseils sur une feuille sans que les parents aient pu m’observer intervenir auprès de leur enfant. Notre travail peut sembler évident, mais personnellement, j’essaie chaque fois de me rappeler comment j’ignorais tout de la stimulation du langage avant mes études en orthophonie !

√ Enfin, en thérapie, j’utilise aussi du matériel non-spécialisé et des activités non-structurées où j’offre aux parents des manières plus naturelles de stimuler le langage (ex. : reformuler les phrases de l’enfant lors de la lecture d’un livre, stimuler les verbes lors d’une activité de pâte à modeler, etc.). Les activités très structurées sont plus difficiles à reprendre à la maison et les parents ont tendance à reprendre ce qu’ils voient en thérapie, surtout au début du suivi. 

Référence complète :  Caouette, Marie-Pierre (1995) Perception des parents relativement aux activités réalisées à domicile à la demande des orthophonistes, Université de Montréal, 119 p.
*Pour les orthophonistes intéressés, le mémoire de maîtrise de Marie-Pierre Caouette est disponible sur le Forum Orthophonie Québec.
Publicités

2 réflexions sur “Que pensent les parents des activités à réaliser à la maison ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s