7

Nouvel outil québécois de dépistage de la phonologie !

download

 
 
 
 
 
Titre de l’article: Outil de dépistage des troubles du développement des sons de la parole: bases théoriques et données préliminaires (MacLeod, A. N., Sutton, A., Sylvestre, A., Thordardottir, E., Trudeau, N., 2014)

Pourquoi on s’y intéresse ? : Parce que cet article fait suite au billet précédent (Normes phonologiques, en français s.v.p. !), en utilise les données normatives et nous donne un tout nouvel outil fraîchement publié et normé pour dépister les enfants québécois à risque de présenter un trouble du développement des sons de la parole !  En plus d’être facile et (très) rapide à administrer et à analyser, ce nouvel outil est disponible GRATUITEMENT (continuez votre lecture pour apprendre comment vous le procurer…) 

Un brin de méthodologie : 243 enfants âgés de 20 à 53 mois ont été recrutés (participants provenant de trois études indépendantes menées au Québec), tous locuteurs unilingues du français. 10 enfants ayant un trouble ou retard des sons de la parole (TDSP) d’origine inconnue ont également été recrutés pour vérifier la sensibilité de l’outil. L’outil de dépistage se base sur les mots utilisés dans le casse-tête d’évaluation de la phonologie (CTEP, Auger, 1994). La durée de la tâche était d’environ 10 à 20 minutes, durant lesquelles l’enfant devait répondre à la question «Qu’est-ce que c’est?» en nommant les images (ou en répétition si l’enfant ne connaissait pas le mot). L’analyse du ratio de consonnes produites correctement par rapport au nombre de consonnes dans les cibles produites est le calcul principal qui permettra de dépister la présence de difficultés significatives. 

Résultats : Un tableau liste les moyennes et écart-types (ratio de consonnes produites correctement) obtenus par chaque groupe d’âge. Le ratio de consonnes correctement produites augmente généralement avec l’âge. Trois seuils de réussite ont été évalués pour vérifier la sensibilité et la spécificité de l’outil. (Ça veut dire quoi  ?…Sur les 10 enfants ayant été évalués par des orthophonistes comme ayant un trouble des sons de la parole, un calcul a été fait pour savoir à partir de ‘’combien’’ d’écart-type sous la moyenne on commence à les dépister). En bref, on juge que les enfants ayant des résultats sous 1 Écart-type de la moyenne pour leur groupe d’âge sont à risque de présenter un trouble de développement des sons de la parole (En fait : 5 fois plus à risque qu’un enfant qui a des résultats au-dessus de ce score!). C’est ce seuil qui doit être utilisé en clinique pour déterminer si un enfant présente des difficultés dans les sons de la parole. Pour l’enfant obtenant un score sous 1 écart-type avec cet outil, une évaluation plus complète de sa phonologie est nécessaire pour 1) confirmer la présence d’un TDSP 2) tenter d’identifier le sous-type de TDSP (dyspraxie, trouble phonologique, etc). et 3) prioriser les objectifs d’intervention basés sur les forces et faiblesses de l’enfant. (Mais…pourquoi ‘’réévaluer’’ la phonologie de façon plus approfondie après la passation de cet outil ? Simplement parce que c’est un outil de dépistage sommaire et qu’il ne permet pas d’évaluer la constance des erreurs et de présenter plusieurs occasions de produire chaque phonème dans toutes les positions possibles). Pour la réévaluation approfondie, les auteurs suggèrent le Test de la phonologie du français (Bérubé, Bernhardt & Stemberger, 2013) (aussi disponible gratuitement lorsque vous cliquez sur le lien!)

 Dans mon bureau :

√ J’envoie (tout de suite!) un courriel à l’adresse suivante pour obtenir ma copie de l’outil de dépistage, nommé ‘’Évaluation sommaire de la phonologie chez les enfants d’âge préscolaire’’ :  

  téléchargementbilingual.acquisition.bilingue@gmail.com  (Il est important que tous ceux qui sont intéressés envoient directement un courriel à cette adresse pour être tenu au courant si des mises à jour ultérieures de l’outil sont nécessaires). 

√ Je lis le manuel de passation qui l’accompagne (qui est très simple et clair). Je regarde en particulier 1) la section qui explique comment faire le calcul du ratio de consonnes correctement produites et 2) le tableau qui nous donne précisément les moyennes par groupe d’âge et les scores ‘’alarmants’’ (- 1 Écart-type). √ J’imprime les images de l’outil pour l’utiliser en évaluation (ou, version écologique     , je les garde à portée de main sur mon ordinateur pour la passation!).  

Référence complète : MacLeod, A. A. N., Sutton, A., Sylvestre, A., Thordardottir, E. & Trudeau, N. (2011). Outil de dépistage des troubles du développement des sons de la parole: bases théoriques et données préliminaires. Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. 38 (1), 40-56. 
Trouvé via:  
http://209.217.105.25/english/resources/database/files/2014_CJSLPA_Vol_38/No_01/CJSLPA_Spring_2014_Vol_38_No_1_MacLeod-et-al.pdf
Publicités
14

Normes phonologiques, en français s.v.p. !

14315260-singing-girl
 
 
 
 
Titre de l’article: The acquisition of consonants in Québécois French: A cross-sectional study of pre-school aged children. (MacLeod, A. A. N., Sutton, A., Trudeau, N. & Thordardottir, E., 2011)

Pourquoi on s’y intéresse ? : Parce qu’il s’agit d’une étude récente visant la création de données normatives dans le développement de la phonologie d’enfants d’âge préscolaire en contexte franco-québécois (et pour enfin dire adieu aux normes d’acquisition de la phonologie en anglais !)

Un brin de méthodologie : 156 enfants franco-québécois monolingues âgés de 20 à 53 mois complètent la tâche du Casse-tête d’évaluation de la phonologie (Auger, 1994) contenant 40 mots cibles représentant tous les phonèmes du français en positions initiales, médianes et finales, dans des mots de une à trois syllabes. Plusieurs analyses sont faites : Âges d’émergence des consonnes, précision de la production des consonnes en fonction de l’âge, comparaisons entre les normes d’acquisition des phonèmes en anglais.

Résultats : L’émergence de consonnes semble se concentrer entre 20 et 36 mois pour ensuite tendre vers un plateau. La plus grande période de changement dans la production des consonnes a lieu entre 24 et 35 mois.

La maîtrise des phonèmes en franco-québécois (produit correctement par plus de 90% des enfants) semble se faire en trois périodes. Première période (avant 36 mois) : maîtrise de 4 phonèmes /t,m,n,z/, Période intermédiaire (entre 36 et 53 mois) : maîtrise de 12 phonèmes additionnels /p,b,d,k,g,f,v,ʁ,l,w,ŋ,ɥ), Période tardive (après 53 mois) : /s, j, ʃ, ʒ). Les groupes consonantiques se développent plus lentement : seul 50% des enfants âgés de 48 à 53 mois les maîtrisent.

Il existe des différences entre données normatives du développement phonologique en anglais et en français : Les plosives voisées (/b/) apparaissent beaucoup plus tardivement que les non-voisées (/p/), La liquide /ʁ/ est maîtrisée bien avant en français (4 ans et demi) qu’en anglais (7-8 ans), etc.

Plusieurs tableaux permettent de se représenter visuellement l’évolution de l’acquisition et de la production de chaque consonne en franco-québécois, entre les âges de 20 et 53 mois (consonne en émergence, acquise, maîtrisée).

 Dans mon bureau :

J’imprime les tableaux inclus dans cet article, je les mets dans un cartable/les plastifie/les accroche à mon babillard (ou, version écologique     : je les garde à un endroit facilement accessible dans mon ordinateur !)

√ J’utilise les tableaux pour …

  1. Mieux identifier les enfants présentant des délais dans l’acquisition de phonèmes (Un des tableaux montre à quel moment un phonème est maitrisé par 90% des enfants)
  2. Choisir des objectifs d’intervention en phonologie qui respectent et reflètent le rythme de développement phonologique en français (trois périodes d’acquisition)

√ Je me questionne sur la façon dont j’évalue la phonologie : Corpus spontané : Riche pour l’analyse de l’intelligibilité \ Outil formel (ex : Casse-tête de la phonologie) : Permet d’évaluer la production de tous les phonèmes du français en positions initiales, médiales et finales, dans des structures syllabiques variées. Des difficultés absentes en conversation pourraient donc ressortir par la passation de tels outils.

Référence complète : MacLeod, A. A. N., Sutton, A., Trudeau, N. & Thordardottir, E. (2011). The acquisition of consonants in Québécois French: A cross-sectional study of pre-school aged children. International Journal of Speech-Language Pathology, 13(2) , 93-109.
Trouvé via : http://informahealthcare.com/doi/abs/10.3109/17549507.2011.487543